Un sénateur Les Républicains souhaite interdire tout système d’avertissement de radar

Et si même les assistants d’aide à la conduite devenaient illégaux ?

C’est ce qu’a proposé à l’automne 2016 un sénateur Les Républicains.

Décryptage d’Infos-Permis.

Un sénateur souhaite l’interdiction des avertisseurs de radar - Infos-Permis
Et si même les assistants d’aide à la conduite devenaient illégaux ? C’est ce qu’a proposé à l’automne 2016 un sénateur Les Républicains. Décryptage d’Infos-Permis.

Jean-Pierre Grand n’a pas apprécié la confirmation par la Cour de Cassation que chacun est libre d’avertir son prochain de la présence d’un radar, confirmation actée par la relaxe en appel des administrateurs de la page Facebook qui indiquait la présence d’outils de contrôles sur les routes. Le sénateur Les Républicains a écrit au gouvernement pour lui demander d’interdire tout signalement de radars, par quelque moyen que ce soit.

 

Les avertisseurs de radars sont déjà illégaux

Si les avertisseurs de radars sont illégaux depuis 2012, ce n’est pas le cas des assistants d’aide à la conduite qui, eux, sont toujours autorisés. Ces derniers ont récemment pris la forme d’applications utilisées depuis un smartphone : c’est le cas de Waze, par exemple, décrite sur son site officiel comme une "application de trafic et de navigation communautaire".

 

L’association 40 millions d’automobilistes contre-attaque

Mais Jean-Pierre Grand n’est pas le seul à avoir fait part de son mécontentement. L’association 40 millions d’automobilistes a elle aussi manifesté sa contrariété, déclarant à travers son délégué général que "si l’on interdit les boîtiers, les applications, les réseaux sociaux, on retirera bientôt aussi les panneaux de signalisation des radars".

Commentaires